Eric Dargent : la passion du surf plus forte que le handicap - Partie 3/3

Avec l'aide de son orthoprothésiste, Eric Dargent remonte enfin sur une planche! Le surfeur est maintenant équipé d'une prothèse de genou adaptée aux contraintes de son sport. A lui de la mettre à l'épreuve des vagues...


Eric sait qu'il a besoin d'une prothèse adaptée au surf pour retrouver des sensations proches de celles qu'il connaissait auparavant. Des solutions existent mais elles coûtent très cher, si bien que la famille d'Eric crée une association afin de promouvoir, acquérir et concevoir une prothèse aussi performante que possible.

C'est à ce moment-là qu'Eric Dargent rencontre PROTEOR. Impressionnée par son parcours et par sa volonté de remonter sur une planche, l'entreprise lui propose de tester une toute nouvelle prothèse de genou sportif. Equipé de tendons en élastomère et d'un amortisseur issu de la technologie du VTT de compétition, le genou BTK est un modèle ultra-léger conçu par et pour des amateurs de sports extrêmes. Très résistant, le matériel est capable de supporter des contraintes sévères que ce soit dans l'eau, le sable, la boue ou la neige. Les tendons et l'amortisseur se règlent facilement pour adapter le répondant du genou aux exigences de son propriétaire.

Des sensations retrouvées, un plaisir décuplé

Pour Eric, l'expérience est concluante : « cet été, j'ai surfé 3 semaines non-stop sur l'océan avec ma prothèse de genou BTK, à raison de 3 ou 4 heures par jour. J'en ai vraiment besoin pour retrouver mes sensations et améliorer mes performances ».  Eric souligne la grande légèreté du genou BTK, synonyme d'une plus grande liberté de mouvement. Il est aujourd'hui capable de surfer des vagues de 2 mètres de haut et a beaucoup avancé dans les phases d'accélération et de remontée. Eric n'a pas encore retrouvé son niveau d'avant l'accident mais garde confiance : « je sais que je vais m'en rapprocher », sourit-il.

Sportif accompli, Eric Dargent a aussi testé le genou BTK pour la pratique d'autres sports comme le paddle (surf debout, avec une pagaie), le funboard (planche à voile « extrême ») ou encore le VTT en enduro et en descente. « Le BTK me permet de réaliser tous les mouvements nécessaires avec des sensations proches de celles que peut ressentir un sportif valide. Je prends beaucoup de plaisir », raconte Eric.

18 mois après son accident, Eric a beaucoup progressé en termes de force et de stabilité. Dans sa vie quotidienne, il peut aujourd'hui aller un peu partout, alterner les rythmes de marche, descendre des pentes, même si la montée des escaliers est plus délicate. Le jogging n'est pas d'actualité, alors Eric compense avec le VTT.

Galvanisé par son autonomie retrouvée, il  a des projets plein la tête. Reprendre son travail d'infirmier est une priorité mais cela s'annonce compliqué compte tenu de ses nouvelles contraintes physiques... Pour l'heure, c'est surtout côté sport qu'Eric voit de vraies perspectives d'épanouissement. Il trépigne à l'idée de participer à des compétitions sportives de haut niveau comme le Roc d'Azur de Fréjus (une course de VTT de 56 km) et attend les premières neiges pour soumettre son genou BTK à l'épreuve du snowboard !

Généreux, Eric a envie de partager son bonheur de surfer à nouveau, de faire découvrir sa passion. Il continue de s'impliquer dans son école de surf et souhaite développer l'accès de ce sport aux handicapés. « Le genou BTK est un outil qui m'a aidé à retrouver des sensations mais qui permet aussi aux débutants d'apprendre à surfer. J'aime en parler avec les gens, leur expliquer comment il fonctionne, explique Eric. D'une certaine manière, j'ai de la chance et aujourd'hui, j'ai vraiment envie d'emmener des jeunes à l'eau ! »



Eric Dargent est un surfeur avec un cœur en or. Son terrible accident lui a certes ôté la jambe mais il a aussi décuplé son énergie, sa générosité et son intense passion de la vie.


Groupe PROTEOR Informations Légales Liens Plan Formation Archives © 2015 PROTEOR - Tous droits réservés - Reproduction même partielle interdite